La production des légumes

Les légumes sont cultivés sur une surface totale d’environ 2000m² dont 300m² sous abris à partir des plants produits sur place, des semences de nos fournisseurs (voir rubrique plants) ou auto produites.

 

Notre objectif est bien sûr de parvenir à produire un maximum de légumes sur cette petite surface de façon à en tirer un revenu décent en rapport avec le temps de travail consacré.

Il existe bien différents moyens de « booster » la productivité des cultures (et de produire des légumes « moins chers ») auxquels nous choisissons de ne pas avoir recours:

- engrais de synthèse ou même organique utilisable en AB qui alimentent directement la plante en court-circuitant la vie du sol ;

- produits chimiques pour lutter contre les insectes ravageurs, les maladies dues aux champignons, et l’enherbement (pas autorisé en AB);

- la culture sur film plastique jetable qui permet des économies sur le temps de désherbage mécanique ou manuel mais produit quantité de déchets;

- l’utilisation de semences hybrides F1 plus productives mais souvent moins savoureuses, non reproductibles, moins adaptées aux conditions de culture sans engrais et renforçant le monopole des grands semenciers au détriment de la diversité variétale (voir rubrique plants).

Nous optons plutôt pour :

 

- l’amendement du sol avec des matières organiques carbonées (feuilles mortes de la commune, broyats végétaux des paysagistes locaux) qui alimentent la vie du sol (vers de terre, champignons, etc) laquelle devient elle même source de fertilité pour les cultures (à la différence des engrais qui alimentent directement la plante en court-circuitant la vie du sol) ;

 

- le paillage des cultures avec des matières organiques, plus longues à mettre en place que les films plastiques jetables mais qui contribuent à alimenter la vie du sol. Nous utilisons des toiles de paillage de type toile hors sol ou bâche d’ensilage uniquement pour l’occultation de planches entières et qui sont réutilisables sur plusieurs années.

- Le travail en planches permanentes qui fixe l’emplacement des zones cultivées d’une année sur l’autre afin d’y concentrer les apports en matière organique et de ne pas tasser le sol en marchant dessus ;

 

- Un travail du sol léger avec des outils manuels (grelinette et campagnole) ;

 

- L’utilisation de variétés populations sélectionnées pour leur saveur et leur rusticité en recherchant au fil des années les plus adaptées à notre terroir ;

Nous espérons pouvoir continuer à maintenir ces techniques « douces » pour les années à venir et rencontrer la clientèle qui adhère à ces pratiques.